mardi 18 novembre 2014

(Technique) : L’impression 3D supprime la contrainte « assemblage »


La phase d’assemblage d’un produit peut s’avérer gourmande en temps. Là où les procédés de fabrication conventionnels imposent de produire chaque élément séparément les uns des autres, l’impression 3D permet d’obtenir en une seule fois, des sous-assemblages ou même des assemblages entiers (voir figures ci-dessous)




Il suffit simplement de générer le modèle 3D à l’aide d’un logiciel de CAO adapté (exemple : SolidWorks) en prenant en compte les jeux fonctionnels du mécanisme souhaité. Au cours de l’impression, les espaces « vides » seront comblés par du matériau support (technologie MultiJets), matériaux résine (technologe stéréolithographie), de la poudre non frittée (technologie frittage laser) ou de la poudre non collée (technologie poudre collée). La cinématique conçue sera alors accessible directement après évacuation de la matière.




On peut ainsi se décharger de certaines contraintes comme par exemple : 
 
-          Montage d’organes internes

-          Assemblages de liaisons mécaniques (rotule, pivot, glissière,…) 


La fabrication additive repousse ainsi les limites des applications de productions standards en permettant d’obtenir des produits finis et fonctionnels en sortie d’impression en assurant une grande précision quelle que soit la complexité géométrique des pièces à fabriquer. Le gain de temps sur les gammes d’usinage est considérable et dope la réactivité de l’entreprise pour les validations de forme et technique des projets en appel d’offre. 



Rédacteur : Quentin MANDOU - Ingénieur fabrication additive - ENI de Tarbes 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire