mardi 12 novembre 2013

[Technique] Réparation des erreurs de fichiers, les erreurs de sommets (3/16)

Une des erreurs les plus fréquentes dans un modèle 3D est la non-conformité avec la règle du sommet-à-sommet. Des spécifications correctes nécessitent que tous les triangles adjacents partagent deux sommets communs. La non-conformité résulte souvent en erreurs de trous/manques.

Problème Sommet Point : Impression 3D potentiellement problématique
Si les applications de réparation de fichiers comme ZEdit Pro peuvent réparer facilement les erreurs de manques simples comme l’exemple ci-dessous, comprendre comment réparer manuellement un volume en erreur est très utile.


La solution la plus simple consiste souvent à supprimer les faces défectueuses (2 Premiers schémas) pour reconstruire la face manquante
Une autre option est de combiner/fusionner les deux triangles oranges en un triangle/polygone. Lors de l’édition de tels modèles pour les rendre conformes, assurez-vous de supprimer tout point flottant non utilisé (comme le point central, inutilisé, encerclé en jaune). Les points flottants inutilisés peuvent induire des erreurs de manque.


Lors de la conversion (ou translation) d’un format de fichier à un autre, le résultat final peut être un nouveau fichier avec des géométries manquantes et/ou distordues. De telles géométries manquantes/distordues résultent en trous/manques. Dans certains cas, le nombre de géométries manquantes, distordues ou même se chevauchant peut être tel qu’il peut induire des temps de réparation exorbitants ou impossibles. L’identification et la réparation manuelle de telles géométries/trous manquants est souvent difficile, spécialement quand le travail d’approximation (déterminer à quoi le modèle doit ressembler) devient un facteur. Ci-dessous un modèle exemple comportant beaucoup d’erreurs (indiquées en rouge).

Les triangles rouges sont en erreur (Impression 3D Potentiellement impossible)


 De plus, si un modèle comme celui de l’illustration a trop peu de volumes sur lesquelles travailler, la réparation d’un tel modèle en utilisant un logiciel de réparation comme ZEdit Pro ne peut être effectuée que surface par surface, un travail demandant du temps. Ce modèle en particulier n’a que 96 volumes et la majorité de la géométrie est contenue dans un seul volume. Avoir ces détails à l’esprit lors de la création de vos modèles 3D vous aidera à minimiser ce type de géométries problématiques.

Comme les modèles tels que celui-ci sont difficiles pour les applications de réparation de fichier comme ZEdit Pro et Magics, il est souvent plus intéressant de travailler ces modèles dans l’application de CAO / modélisation 3D d’origine.

Conclusion :  Le fichier CAO d'origine doit etre le plus propre possible pour éviter de retravailler avant d'imprimer. Certaines applications de CAO laissent beaucoup de liberté au concepteur, en leur permettant de dessiner des concepts "impossibles" (Face manquantes, sommets non concourants  ...). C'est autant de temps perdu avant de pouvoir imprimer en 3D. Encore une fois, le coût financier et temps de l'impression 3D peut très sensiblement augmenter dans ce cas là.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire