mercredi 18 mai 2016

[Technologie] La rétro-conception et la fabrication additive en 5 applications

Si les applications induites par la révolution de la fabrication additive se multiplient jour après jour, chaque impression nait d’un fichier numérique 3D. Au temps de l’informatique et du cloud, finis les plans papier et les heures passées à dessiner, la CAO -Conception Assistée par Ordinateur- est passée par là il y a plusieurs dizaines d’années déjà. 
Cependant, tout produit existant n’a pas été conçu par ordinateur, que ce soit par soucis monétaire, technique, ou simplement parce qu’il a été créé avant l’ère du numérique. 

Comment faire lorsqu’alors nous voulons produire, ou reproduire, un produit inconnu du monde informatique ? La rétro-conception arrive à point nommé et permet la numérisation par scanner 3D d’un objet, permettant ensuite les innombrables applications ouvertes grâce à cette porte.

Pas de détails techniques ici sur le procédé intrinsèque, mais plutôt un aperçu des domaines d’application de cet outil encore trop peu populaire.



1 - Le secteur automobile

Restaurer des voitures anciennes devient de plus en plus compliqué au fil des ans, les pièces détachées se faisant rares et les plans souvent oubliés voire inexistants. Partant d’un exemplaire emprunté d’un autre passionné, il est maintenant possible de recréer rapidement les pièces mécaniques telles qu’elles étaient à l’origine.

Un exemplaire d’une Ferrari 312P a retrouvé un bloc moteur neuf grâce à la rétro-conception, pour le plus grand plaisir de nos oreilles et de nos yeux.




2 - L'armée

L’armée française n’est pas la seule à constater le vieillissement de ses outils et engins de terrain, devant mettre de côté grand nombre de véhicules suite à l’impossibilité d’avoir des pièces de remplacement indispensables à leur fonctionnement.

Que ce soit pour repartir au combat ou simplement restaurer des gloires d’antan, la rétro-conception permet une restauration très abordable des chars, avions ou bateaux, en évitant l’achat d’un nouvel appareil flambant neuf. 

L’exemple ici présente un avion de chasse israélien trentenaire, réparé avec des pièces scannées, rétro-conçues, puis imprimés en 3D.




3 - Le domaine industriel

L’industrie, à son tour, numérise de nombreux outils pour différentes applications : recréer un outillage spécifique fait initialement main en cas de casse, créer des gabarits de contrôle sur la base de produits existants, ou simplement modifier en détail une pièce ou un outil en faible exemplaire.

Un exemple d'un support multifonctions et pouvant possiblement casser, avec à gauche le nuage de points issu directement du scan 3D et à gauche la pièce reconçue sous CAO. Une fabrication métal 3D permet alors un stockage de secours, le sous-traitant la fabriquant originalement ayant fermé ses portes.




4 - Le secteur des loisirs

Dans l’univers des passionnés et nostalgiques du passé, le domaine du jeu vidéo rassemble nombre d’enthousiastes. La console Amstrad GX4000, vendue à environ 15 000 exemplaires au début des années 90, est aujourd’hui ressortie des placards avec des boitiers de cartouches rétro-conçues et imprimées en 3D, avec possibilité de mettre des jeux de consoles similaires sur carte SD dans un environnement protégé.

Créées par une communauté dans le cadre du projet C4CPC, ces cartouches sont désormais partagées librement sur le net pour le plus grand plaisir des grands enfants.



5 - L'art

Que ce soit pour répertorier les œuvres ou pour en reproduire à but humanitaire, la rétro-conception arrive dans nos musées. La belle initiative d’une entreprise finlandaise par le projet Unseen Art qui imprime des tableaux, pour le moment les plus connus, en 3D à destination des non-voyants pour leur permettre d’imaginer par la 3D une peinture 2D.

L’exemple du tableau le plus connu de la planète, La Joconde de Léonard de Vinci, désormais à la portée de tous.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire